Les hommes et l’eau en Amazonie

Infos pratiquesSans titre3

Lieu: Boulevard de la Victoire – Face arrêt Observatoire

Date: Mi-mars à Septembre 2010

Photographe : Thomas Lejeune

Conception : AQUAeme, Université de Strasbourg

Téléchargez la présentation de l’exposition

Description

Nous souhaitons encourager, en partenariat avec l’Université de Strasbourg (UDS), l’initiative de Thomas LE JEUNE, étudiant à l’ENGEES, qui a effectué une année de césure pour aller au contact de la population locale en Amazonie et réaliser un reportage photo sur l’accès à l’eau de ces populations.

Thomas a vécu en Amazonie Brésilienne pendant 5 mois (d’avril à août 2009). Il a été volontaire pour une ONG locale et a réalisé son reportage. Il était basé à Alter do Chão, une communauté voisine de la ville de Santarém, au cœur de l’Amazonie et située sur la rive droite du fleuve Tapajós (le principal affluent de l’Amazone, entre Manaus et Belém).

A l`occasion de  l`Année de la Biodiversité, l`exposition nous emmène en Amazonie pour découvrir les aspects techniques et sociaux de l`accès a l`eau de ces populations. A travers dix séquences, on explore la place particulière de l`eau dans la vie de des Povos da Floresta –Peuples de la foret- comme ils se nomment eux-mêmes. L`objectif est d`utiliser l`image comme outil, pour prendre conscience des réalités, des difficultés mais aussi des initiatives liées a cette problématique dans cet espace ou l`eau règne en maitre.

Réalisation

Cette étude a été réalisée dans quatre différents types de communautés, qui chacune ont leurs particularités et qui donnent une idée représentative du lien entre les Hommes et l`Eau en Amazonie.

  • les « ribeirinhos » ou habitants des bords de fleuve, le long des fleuves Tapajós et Arapiuns, accessibles grâce au travail réalisé avec l’ONG locale Saúde & Alegria,
  • les petits agriculteurs, colons de la route BR163 qui traverse l’Amazonie du Nord au Sud et qui relie les villes de Santarém et Cuiabá,
  • Les « Invazões » (favelas) de Manaus où l’ONG française ESSOR et l’entreprise délégataire du service public d’eau et d’assainissement, Águas do Amazonas (filiale du groupe Suez Environnement) se sont associées pour mener à bien un projet de développement communautaire à partir de l’accès aux services essentiels d’eau et d’assainissement (de 2002 à 2005),
  • les Quilombolas autour de Santarém: ces communautés descendantes des anciens regroupements d’esclaves en fuite qui ont perduré dans leurs traditions jusqu’à aujourd’hui. Elles tentent aujourd’hui de faire valoir leurs droits sur leurs terres (et sur leur eau!).

Sans titreRemerciements

Nous souhaitons également profiter de cet espace pour remercier les partenaires brésiliens qui ont été d`un soutien immense pour la réalisation de cette étude. Ces différentes organisations œuvrent, chacune a leurs manières, pour améliorer les conditions de vie des populations locales :

  • Saúde & Alegria travaille depuis plus de 20 ans pour améliorer les conditions de vie (particulièrement les aspects sante et éducation) des communautés des rives des fleuves Tapajós et Arapiuns. www.saudeealegria.org
  • Les organisations ESSOR (ONG française) et ADEIS (ONG brésilienne basée a Manaus) qui mènent a bien des projets de développement au Brésil. http://www.essor-ong.org/
  • La Federacão das Organizacões Quilombolas de Santarém (FOQS) lutte pour faire valoir les droits des communautés quilombolas
  • Le Projeto Floresta em Pé (regroupant des partenaires français et brésiliens) qui œuvre pour la gestion durable des ressources forestières en Amazonie au moyen de partenariats entre communautés et entreprises.